Chapitre Histoire :

Les États-Unis et le monde depuis les « 14 points » du président Wilson

Introduction

Depuis leur indépendance conquise face à l‘Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, les États-Unis au cours du XXe siècle,ont hésité entre deux types de politiques étrangère :

  • S’isoler et ne s’occuper que de leur territoire, les premiers présidents américains comme Washington, Jefferson et Monroe sont à l’origine d’une doctrine que l’on nomme isolationnisme américain, doctrine que défendent encore certains partis de la classe politique américaine.
  • La deuxième politique adoptée par les États-Unis est l’interventionnisme ou expansionnisme. Entreprendre des conquêtes (Alaska et Hawaï), faire des guerres, jouer un rôle actif dans les affaires politiques du monde. Il s’agit en fait de devenir le gendarme du monde. Pour certains, les États-Unis auraient une mission civilisatrice, ils devraient répandre le progrès. C’est le concept de destinée manifeste, par exemple, en 1898, lorsque les Américains interviennent face aux Espagnols à Cuba et aux Philippines. Leur victoire auprès des Cubains marque un tournant. Les États-Unis ont en effet vaincu une puissance européenne. Ainsi, l’idée s’impose que les Américains ont vocation à intervenir de plus en plus dans le monde. Par ailleurs, le président Roosevelt évoque un pouvoir de police internationale pour les États-Unis.

Problématique : Comment les États-Unis ont-ils, à l’issue de la Grande Guerre et jusqu’à leur entrée dans la Seconde Guerre mondiale, envisagé leur rôle à l’échelle planétaire et comment leur puissance a-t-elle évolué dans le monde de l’entre-deux-guerres ?

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.