A partir de deux planches de la bande dessinée de Dijian, Legrand, Paillou, Le service – Histoire des hommes de l’ombre de la Ve République

http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article4436

on pourra mener un travail de réflexion et de recherche sur les mémoires de la guerre d’Algérie. Cet épisode du 17 octobre 1961 a été pendant de nombreuses années étouffé dans les grands medias. Lors des commémorations de l’événement le 17 octobre 2012, François Hollande a reconnu la au nom de la République la « sanglante répression » des manifestations d’Algériens le 17 octobre 1961 à Paris, rompant avec un silence de 51 ans de l’État sur les événements.

  • Guerre des chiffres toujours

http://www.rue89.com/2012/10/18/guerre-des-chiffres-combien-de-morts-le-17-octobre-1961-236329

http://www.rue89.com/2011/10/18/massacre-du-17-octobre-1961-des-livres-et-des-films-contre-loubli-225674

  • Réactions à la reconnaissance de la répression

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/tragedie-17-octobre-1961-fn-et-ump-reagissent-hommage-hollande-516540.html#fDT2YKGSIsaAXdsw.99

http://www.liberation.fr/politiques/2012/10/18/17-octobre-1961-fillon-denonce-un-climat-de-culpabilite-permanente_854096

  1. Dans quel cadre se déroule cette scène ?
  2. Quel est le contexte dans lequel a lieu la manifestation du 17octobre ?
  3. Quelles sont les parties prenantes de ce conflit de mémoires autour de cet épisode de la guerre d’Algérie ?
  4. Comment peuvent s’expliquer les différentes attitudes à propos de cette reconnaissance de l’épisode du 17 octobre 1961 ?
  5. Dans les deux planches de la bande dessinée pouvez vous identifier différentes trajectoires politiques et idéologies à propos de la guerre d’Algérie ?