Cette allégorie de la seconde République espagnole, “la niña bonita », version hispanique  de notre Marianne,  a connu une grande diffusion à partir de la fondation du régime le 14 avril 1931. Cette représentation de la République sous la forme d’une figure féminine était apparue au 19e siècle lors de l’éphémère première République espagnole (1873 -1874).

Intérêt du document

L’étude du document est située au début du chapitre sur la seconde République et permet d’aborder la fondation du nouveau régime en 1931.

Il permet de rappeler quelques points de méthode de l’analyse d’un document iconographique et par la limpidité des symboles qui sont représentés, il favorise l’expression orale des élèves.

L’étude doit aboutir à une première approche du projet de réforme porté par les républicains qui ont pris le pouvoir en avril 1931. Il s’agit aussi de faire ressortir l’espoir suscité par la fondation du régime chez ses partisans.


Cuestionario

¿ Cuál es la naturaleza del documento?

Respuesta: imagen; cartel; documento iconográfico.

¿ A qué periodo histórico remite el documento?

R: la segunda República española; 1931.

¿ Quién ocupa el centro de la imagen?

R: Mariana: la “Mariana española “, otro nombre de la “ niña bonita”, alegoría de la República.

¿ Qué significa lo que aparece en el primer plano?

R: a la izquierda, un escudo con el lema de la república francesa.

El león, símbolo tradicional de fuerza, aquí símbolo de la soberanía del pueblo.

A la derecha, varios instrumentos y objetos que simbolizan la ciencia, el saber, el progreso económico, la modernización del país y la apertura al mundo.

¿ En el segundo plano, qué tiene la niña bonita en las manos?

R: La balanza de la justicia en una y la bandera tricolor ( rojo, amarillo  y morado) de la República en la otra.


Conclusion

Image de propagande, cette allégorie illustre à la fois le projet républicain  et les espoirs soulevés chez ses partisans par la proclamation de la République en avril 1931, afin de moderniser une Espagne dont les structures économiques, sociales et culturelles sont, à bien des égards, archaïques.