Les abeilles, victimes des pesticides et de la monoculture, disparaissent des campagnes. La Ville de Paris, consciente de cette situation, mène depuis plusieurs années une politique de protection de ces insectes.

A la campagne, les abeilles disparaissent. Pas à Paris. En France, 15 000 apiculteurs ont cessé leur activité et 100 000 ruches ont disparu en une dizaine d’années, selon l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf).Édith Gallois, conseillère UDI (Union des démocrates et Indépendants) du 13e arrondissement, veut faire de la Ville Lumière une « lanceuse d’alerte » et la première « amie des abeilles ». Cette ambition est partagée par Anne Henriot, de l’Unaf : « Paris doit devenir l’exemple des bonnes pratiques et inciter les agriculteurs et représentants politiques à faire les bon choix », ceux d’une agriculture « sans pesticides ».

La France est le « premier utilisateur européen de produits phytosanitaires à l’origine du déclin des abeilles », déplore-t-elle. L’Hexagone n’a pas renoncé à ses pratiques agricoles néfastes. Dans certaines régions, 50 % des colonies d’abeilles ont disparu.

Les abeilles à Paris

L’Union nationale des apiculteurs de France

Pesticides et abeilles

En 1995, les insecticides néonicotinoïdes font leur apparition en France. Depuis lors, environ 300 000 ruches périssent chaque année et doivent être reconstituées. Les mortalités sont passées de 5 à 30% de nos jours. Les rendements de miel par ruche ont été significativement réduits divisant la production de miel française par deux en 20 ans.

Les néonicotinoïdes sont une classe d’insecticides neurotoxiques, présents sur le marché depuis 1994. Ils sont systémiques, c’est-à-dire qu’ils sont diffusés dans l’ensemble des parties de la plante, y compris les fleurs, dans lesquelles les abeilles vont puiser le pollen et le nectar. Ils regroupent des molécules telles que l’imidaclopride, le thiaméthoxam ou la clothianidine commercialisées sous les noms de Gaucho ou de Cruiser. Tous ces produits sont dangereux pour l’abeille au stade du semis, de la floraison mais aussi lors du phénomène de guttation (processus biologique de transpiration des plantes et source importante d’eau pour l’hyménoptère). Les acteurs de la filière apicole et une grande partie de la communauté scientifique constatent que ces insecticides portent de graves préjudices aux colonies d’abeilles et mettent en péril les productions de miel. Ce sont également de nombreuses composantes de la biodiversité qui sont touchées (vie aquatique, vers de terre, oiseaux, etc.).

Si les néonicotinoïdes sont les pesticides les plus toxiques pour les pollinisateurs, ils ne sont pas les seuls en cause dans le phénomène de mortalité des abeilles : la France, premier pays agricole de l’Union européenne, se situe au troisième rang mondial pour la consommation de pesticides, et cela est un facteur prépondérant de l’affaiblissement et des taux de mortalité alarmants des abeilles.

Pesticides et abeilles

Le questionnement et la mise en activité

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.