Proposition d’une séquence de deux heures pour réfléchir sur la pertinence d’une périodisation en Histoire, sur la présence de continuités ou de ruptures et sur la recherche d’une unité identifiant chacune des périodes. Montrer que certaines périodes historiques font l’objet d’un consensus, d’autres sont sujettes à discussion.

Rappel BO (22 janvier 2019)
« Introduction : la périodisation (2 heures) L’introduction est l’occasion de rappeler comment l’histoire a été divisée en quatre grandes périodes, avec, pour marquer chacune d’entre elles, le choix d’une date-clé (476, 1453/1492,1789). On montre que le choix de ces dates qui servent de marqueurs ne va pas de soi : ainsi, on retient 1453 ou 1492 pour les débuts de l’époque moderne, selon ce qu’on souhaite mettre en exergue. Il convient aussi de présenter les formes de périodisation (exemples : dynasties, ères, époques, âges, siècles…). Le but n’est pas de réaliser un inventaire mais d’introduire l’idée que le temps a lui-même une histoire et que cette histoire a été soumise à des évolutions, dans le temps et dans l’espace. Une frise chronologique peut être construite puis enrichie au fil de l’année, y compris sous forme numérique. »

Cette séquence peut être abordée à partir d’une frise chronologique à faire remplir par les élèves au fur et à mesure de l’avancée du cours, en notant les dates césures pour chaque période ; puis à partir de deux extraits de textes, montrer les raisons de ces choix pour justifier une période et présenter les caractéristiques pour chacune des époques.

Documents joints :
• Une frise chronologique à remplir avec la correction
• Une fiche activité élève sur l’explication de la mise en place de cette périodisation avec un questionnement
• Un diaporama, la trace écrite

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.