Bruno Larat
1916 – 1944
Un Romanais,
combattant de la
France Libre

Cette présentation avec un exercice qui peut servir au lycée est celle de la courte mais intense vie d’un jeune romanais qui, en trois ans, passa de l’anonymat à de hautes responsabilités dans la Résistance, côtoya Jean Moulin, avant de mourir dans le camp de concentration de Dora, en 1944.

Des sources exceptionnelles …
Cette vie et cette histoire ont été partagées par de nombreux jeunes Français à l’époque, mais Bruno Larat est l’un des responsables de la France Libre dont on détient les archives personnelles, de son arrivée en Angleterre jusqu’à sa déportation. Conservées en Angleterre, elles furent restituées à sa famille après la fin de la guerre.

… qui permettent de comprendre l’origine d’un engagement dans la Résistance
Ces archives nous décrivent d’abord les premiers mois de la vie des Français Libres en Angleterre. Elles nous font aussi découvrir la difficile mise en place d’une ébauche d’organisation autour de De Gaulle, notamment les réseaux de renseignement et « Action ».

… qui témoignent sur les relations entre la Résistance extérieure et la Résistance intérieure.
Ces trois années de la vie de Bruno Larat sont également celles de la lente reconnaissance mutuelle de la Résistance extérieure menée par de Gaulle, les « Français Libres », et de la Résistance intérieure. Bruno Larat fut un des témoins de cette unification de la Résistance française autour de De Gaulle qui aboutit au Conseil National de la Résistance.