Voici le cours prof, la trame élève à trous et le diaporama

Les Européens et le monde (XVIe – XVIIIe siècle)
Le programme insiste sur un certain nombre de grands changements culturels, économiques, politiques à l’époque moderne et leurs effets sur les sociétés en Europe et dans le monde.
Voyages et découvertes, XVIe – XVIIIe siècle

  • Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique
  • Le tour du monde de Bougainville
  • James Cook et l’exploration du Pacifique

On montre que les découvertes, outre à des motifs économiques et géopolitiques, répondent,
surtout au XVIIIe siècle, à une nouvelle soif de connaissances des Européens, notamment pour
les terres, les hommes, la faune et la flore des nouveaux mondes.

I. LE SUJET D’ÉTUDE

Dans l’espace réservé cliquez sur les trois vignettes de James Cook, Christophe Colomb et Louis-Antoine de Bougainville pour accéder aux documents

  • Définition du sujet d’étude
    Le sujet porte sur les voyages de découvertes déjà étudiés pour partie en classe de 5e.
    L’intérêt de cette nouvelle approche réside dans l’allongement de la question sur trois siècles qui permet d’analyser l’évolution. S’il s’agit bien d’un même mouvement d’expansion des Européens, une différenciation doit être établie entre les deux périodes : le XVIe et le XVIIIe siècles correspondent à des moments précis de l’histoire de l’humanité. Tandis que le premier constitue une rupture dans cette histoire (c’est la fin d’un monde à trois continents), le second apparaît davantage comme l’approfondissement d’une démarche qui vise à inventorier scientifiquement la planète sous tous ses aspects. Réponses à des motivations diverses (géopolitiques, économiques, religieuses…), ces voyages sont à l’origine d’une première dilatation du monde au XVIe siècle, avec l’ouverture sur l’Atlantique puis d’une volonté de connaissance du globe au XVIIIe siècle. Les Européens grâce à leur supériorité technique en sont les acteurs essentiels : de la fin du XVIe siècle, où Portugais et Espagnols sont les
    premiers ardents navigateurs, jusqu’au XVIIIe siècle quand Français et Britanniques font basculer les voyages vers moins d’aventures et davantage de sciences.

Articulation entre sujet d’étude et thème annuel

Sujet d’étude et thème annuel sont en étroite synergie. Ce sont les Européens qui, à partir de leur monde connu, voyagent, partent à la découverte du globe et font de leur continent le centre de ce monde pour une longue période. Cette découverte du « Nouveau Monde » s’accompagne de la rencontre de « l’Autre » dans ses croyances, ses modes de vie, sa culture. C’est bien à une histoire globale qu’il s’agit d’initier les élèves.
Les voyages de découvertes s’inscrivent logiquement entre les sujets d’étude 1 et 3. Les explorateurs utilisent les connaissances remises à jour par la Renaissance et les cartes imprimées par les humanistes et ils ouvrent la voie à l’établissement des empires coloniaux.

Contenus et enjeux
Fruit de l’évolution sur une période, ces voyages sont au croisement des axes

  • − techniques : les instruments de navigation, les bateaux, les cartes marines ne cessent d’évoluer
  • vers davantage de précision,
  • − économiques : les besoins en métaux précieux et en épices,
  • − politiques : la grandeur des États et de leurs souverains qui luttent pour la suprématie sur mer et sur terre,
  • − religieux : la volonté d’amener de nouvelles âmes au christianisme,
  • − scientifiques : imprégnés de l’esprit des Lumières, les voyages du XVIIIe sont animés de l’esprit encyclopédique qui vise un inventaire détaillé de la connaissance des espaces découverts,
  • − et surtout humains : les voyages sont à l’intersection de l’aventure individuelle et de l’aventure
    collective ; réalisés par des hommes d’exception, ils ne peuvent atteindre leurs objectifs que portés par le contexte de l’époque. Ce sont, à terme, les sociétés qui sont modifiées dans leur composition comme dans leurs habitudes culturelles.
    Ces voyages, qui introduisent un nouveau rapport au monde, doivent faire rêver les élèves dans
    l’espace et dans le temps.

II. LES SITUATIONS

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.