Il s’agit pour les élèves de terminale d’élaborer une critique constructive de deux représentations cartographiques figurant au programme.

La carte initiale
La carte initiale
Le constat : la carte est une représentation

Pour les élèves la carte est une source de référence, difficilement critiquable surtout lorsque celle-ci est issue d’un manuel ou du travail de leur professeur. Je me souviens de la remarque d’un de mes élèves qui avait intégré la classe de terminale S en cours d’année et qui avait utilisé un manuel de géographie différent du notre : «  Monsieur, la carte sur les dynamiques territoriales aux USA est différente de celle de mon ancien manuel ». Ma réponse avait été : « la carte est la représentation personnelle d’un cartographe » et il m’avait répondu « mais alors qui a raison ? » A la suite de cette remarque pertinente, nous avons engagé une discussion très riche sur la carte comme représentation.
Quelques années plus tard, les nouveaux programmes de terminale introduisent la critique des cartes. Parmi les objectifs, « il faut développer une approche critique des représentations cartographiques . » Magnifique !

Pour aller plus loin : Fiche Eduscol – Des cartes pour comprendre le monde

Les objectifs pédagogiques et le déroulement de l’exercice

L’objectif pédagogique de cet exercice est de continuer à déconstruire chez mes élèves de terminale, une certitude ancrée depuis l ‘école primaire selon laquelle la carte génère une vérité d’autant « plus vraie» qu’elle est le fruit d’un manuel ou du travail cartographique d’un professeur.

Cet exercice est une évaluation qui s’inscrit dans les cadres du thème 1, « Clés de lecture d’un monde complexe » et du thème 3,  » Etats-Unis – Brésil : rôle mondial, dynamiques territoriales ».

Les questions posées

En répondant aux questions suivantes, vous ferez une analyse critique et comparative des deux croquis cartographiques proposées et de leur légende

1 – Quelles informations majeures apportent les deux croquis ?

2 – Ces informations importantes sont-elles enrichies par des renseignements complémentaires ou y a-t-il à votre avis, au contraire trop d’informations qui brouillent la compréhension générale ?

3 – Pour cartographier certaines informations, auriez-vous utilisé d’autres couleurs et d’autres figurés ? Expliquez.

4 – A travers ces deux croquis, montrez les similitudes et les différences entre le Brésil et les Etats-Unis en terme de maîtrise territoriale.

Il est notamment demandé aux élèves d’analyser puis de proposer des représentations cartographiques (choix sur les couleurs, les figurés et les informations cartographiées). Il s’agit d’un exercice de fin d’années effectué à la maison, le programme de géographie ayant été traité dans sa totalité. Pour effectuer ce travail, les élèves disposent de deux croquis cartographiques et de leur légende (documents 1 à 4) accompagnées de 4 questions (document 9).

L’activité se conclut par un débat en classe au cours duquel les différentes propositions sont confrontées. Il se dégage ainsi une version consensuelle du croquis que l’on réalise au fur et à mesure avec les élèves en utilisant le vidéo-projecteur et le logiciel Open-Draw (documents (5 à 8).

La carte finale

La carte finale
Les limites de l’exercice

Cet exercice demande une familiarité avec l’univers des cartes : les élèves découvrent en classe terminale qu’un croquis est une représentation que l’on peut critiquer. Il est donc indispensable de les habituer dès le collège à élaborer des croquis (ateliers cartographiques, travaux de groupe, carte collaborative…) pour leur montrer progressivement que l’on peut engager une discussion sur un document cartographique.
Les élèves de terminale S avec lesquels j’ai entrepris ce travail sont des élèves capables d’engager la critique tout en respectant le travail d’autrui. Ainsi les documents cartographiques que je leur ai proposés sont des croquis que j’ai élaborés moi-même. Le risque aurait pu être d’engager une critique de l’enseignant à travers le croquis. Je n’ai remarqué aucun affect dans les copies ni dans la critique orale finale. La question est de savoir si l’on peut effectuer cet exercice avec n’importe quelle classe ? Il est bien entendu difficile de répondre mais il me semble que si très tôt dans leur apprentissage, les élèves ont pu comprendre qu’un croquis était une représentation personnelle, il est ensuite plus facile d’entreprendre ce travail. La critique est un long apprentissage…