Le choix de cette photographie qui représente des manœuvres militaires de la marine chinoise en accroche de cette séquence de cours n’est évidemment pas lié au hasard.
Pendant la période moderne, entre 1405 et 1433, L’empire du milieu s’engage dans des expéditions maritimes. Ce que montre la carte ci-dessous.
Pour des raisons de contrôle politique intérieur, Mais aussi en raison de menaces au nord du pays, la dynastie Ming au pouvoir en Chine met fin à ces voyages en 1433, avec la mort de Zheng He. Les armées mongoles et mandchoues, au nord, menacent. La poursuite de la construction de la Grande Muraille devient la priorité. Les Ming privilégient alors une politique isolationniste.
Ces voyages n’eurent jamais de suite. La construction de navires de haute mer est interdite. En 1525, un édit impérial décide la destruction des bâtiments existants. Pire encore pour l’Histoire, le vice-ministre de la Guerre fait détruire vers 1479 tous les documents se rapportant à ces expéditions. Le commerce de la Chine avec l’extérieur fut interrompu jusqu’en 1567. On peut considérer que c’est à partir de cette époque, qui coïncide en partie à l’arrivée des premiers missionnaires chrétiens en Chine, notamment des jésuites portugais, que commence à se creuser le fossé entre l’Europe qui aborde les prémices de la révolution industrielle, dès la deuxième moitié du XVIIe siècle et la Chine.

La renaissance de la puissance maritime chinoise qui a été entreprise dès 1978, et qui se poursuit toujours, est un signe fort de la volonté du pays de devenir une puissance mondiale. Longtemps parent pauvre de l’armée populaire de libération, la marine de guerre chinoise est présente désormais sur tous les océans, et les très nombreux litiges maritimes que le pays entretient avec ses voisins, en mer de Chine orientale et méridionale, traduisent une volonté de se doter de points d’appuis maritimes. La marine s’est dotée d’un porte-avions, (racheté à la Russie) et a entamé la construction d’une nouvelle coque, 100 % chinoise.

Ce cours qui n’est pas facile à transmettre ne doit pas être transformé en une séquence sur l’histoire politique intérieure de la Chine depuis 1949, toutefois il est difficile d’évacuer les débats politiques au sein du parti communiste chinois qui reste au pouvoir depuis 1949.
Pour un public de lycéens, et même parfois pour de jeunes professeurs d’histoire, la Chine apparaît comme une puissance économique, comme l’atelier du monde, beaucoup moins, pour des raisons évidentes, comme un modèle alternatif du communisme. Particulièrement à partir de 1961.
Il conviendra de consacrer une partie de ce cours au type de relations entretenues avec l’Union soviétique, dont il ne faut jamais oublier que pour les Chinois, ce pays est l’héritier de l’empire des Tsars. Et que c’est cet empire des Tsars qui a participé, avec les autres puissances européennes, et le Japon, au dépeçage de l’empire du milieu, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle.

Manuels utilisés

Nathan Cote – TES-L et TS

Une problématique et une annonce de plan rapide pour une composition.

Introduction

  • La chine depuis 1949
  • Début => fin
  • Pourquoi ?
  • Contexte

Après la 2GM => Guerre civile oppose les nationalistes et les communistes.

  • Événement : Proclamation de la république populaire de Chine, 1er octobre 1949.
  • Comment la Chine devient-elle un pays communiste ?? = 1949 = proclamation de la RPC
  • Conséquences : Installation d’un régime communiste
  • Pays ruiné et ravagé par la guerre, l’occupation japonaise, la guerre civile, la Chine entend retrouver sa place dans le monde.
  • Dans un premier temps, la Chine se met à l’école soviétique avant de passer à un développement autocentré qui met à nouveau le pays au bord de la faillite avant qu’une nouvelle génération de dirigeants ne conduise la Chine vers un nouveau modèle de développement.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.