Voltaire et la race : de l’Essai sur les Moeurs à Candide (1755-1759)
Vous êtes ici : Seconde Histoire Révolutions, libertés, nations à l’aube de l’époque contemporaine Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du XIXe siècle Traite négrière, esclavage et abolitions L’esclavage et la traite

Voltaire et la race : de l’Essai sur les Moeurs à Candide (1755-1759)

Dominique Chathuant
dimanche 1er février 1998

La race des Nègres

« La race des Nègres est une espèce d’hommes différente de la nôtre [...] on peut dire que si leur intelligence n’est pas d’une autre espèce que notre entendement, elle est très inférieure. Ils ne sont pas capables d’une grande attention, ils combinent peu et ne paraissent faits ni pour les avantages, ni pour les abus de notre philosophie. Ils sont originaires de cette partie de l’Afrique comme les éléphants et les singes ; ils se croient nés en Guinée pour être vendus aux Blancs et pour les servir. »

Voltaire, Essai sur les mœurs, Genève, 1755, t. XVI, p. 269-270.


Candide et Cacambo arrivent à Surinam

En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n’ayant plus que la moitié de son habit, c’est-à-dire d’un caleçon de toile bleue ; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite.
- Eh ! mon Dieu ! lui dit Candide en hollandais, que fais-tu là, mon ami, dans l’état horrible où je te vois ?
- J’attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le nègre.
- Est-ce M. Vanderdendur, dit Candide, qui t’a traité ainsi ?
- Oui, monsieur, dit le nègre, c’est l’usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l’année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait : « Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux ; tu as l’honneur d’être l’esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère. » Hélas ! Je ne sais pas si j’ai fait leur fortune, mais ils n’ont pas fait la mienne. Les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous ; les fétiches hollandais qui m’ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous enfants d’Adam, blancs et noirs. Je ne suis pas généalogiste ; mais si ces prêcheurs disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germain. Or vous m’avouerez qu’on ne peut pas en user avec ses parents d’une manière plus horrible.&nbsp".

Voltaire, Candide, ou l’optimisme, Paris, 1759, rééd., Bordas, coll. « Univers des lettres », 1969, p. 118 ; 124

Texte intégral disponible à la B. U (Bibliothèque universelle)


  1. Relevez les contradictions de Voltaire entre les deux textes.
  2. Comment Voltaire se documente-t-il ? Est-il allé aux colonies ?
  3. Quel produit permet à Voltaire de faire le lien entre la condamnation morale de l’esclavage, sa fonction économique et le quotidien d’un Européen aisé ?

Par Dominique Chathuant

Clio-Lycée 2018

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Lycée.

Hébergement Clio-Lycée par