Margaret Thatcher a-t-elle vraiment dit « I Want My Money Back » ?
Vous êtes ici : Terminale PROGRAMMES ACTUELS (2012) HISTOIRE (séries ES et L) : Regards historiques sur le monde actuel Les échelles de gouvernement du monde L’échelle continentale : Le projet d’une Europe politique depuis le Congrès de la Haye en 1948

Margaret Thatcher a-t-elle vraiment dit « I Want My Money Back » ?

Dominique Chathuant
vendredi 20 octobre 2017

Contrairement à ce qui est affirmé et répété à l’envi, Margaret Thatcher n’a jamais prononcé publiquement le « I want my money Back » qui lui est souvent imputé. La citation est aussi apocryphe que « l’État c’est moi » du Roi-soleil [4] et on pourrait en dire autant du « Nous n’en sortirons qu’à la force des baïonnettes attribué à Mirabeau en réponse à Dreux-Brézé lors de la séance du 23 juin 1789 [5].

« We are not asking for a penny piece of Community money for Britain. What we are asking is for a very large amount of our own money back [6] », telle est la phrase prononcée par Margaret Thatcher lors de la conférence de presse qui suivit le sommet européen de Dublin le 30 novembre 1979.
La substance demeure certes identique mais la facile propension à l’usage de guillemets pour une citation qui n’en est pas une ne peut être que regrettable pour l’éthique historienne.

Par Dominique Chathuant

[1La phrase a disparu des manuels français mais demeure toujours dans les manuels américains (The State Am I) et allemands (Der Stadt bin ich, chapitre Ludwig der 14 und der Absolutismus).

[2La véritable citation serait : « Oui, Monsieur, nous avons entendu les intentions qu’on a suggérées au Roi ; et vous qui ne sauriez être son organe auprès des États généraux, vous qui n’avez ici ni place ni voix, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour nous rappeler son discours. Cependant, pour éviter toute équivoque et tout délai, je vous déclare que si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes », si tant est qu’elle ait été fidèlement rapportée car la seule source est une lettre de Mirabeau dans laquelle il affirme en juin 1789 qu’un membre des États-généraux l’aurait prononcée.

[3« Nous ne réclamons pas un denier communautaire pour le Grande-Bretagne mais le remboursement d’une grande partie de notre argent ». Le penny est l’équivalent exact du denier. Le shilling est le sou.

[4La phrase a disparu des manuels français mais demeure toujours dans les manuels américains (The State Am I) et allemands (Der Stadt bin ich, chapitre Ludwig der 14 und der Absolutismus).

[5La véritable citation serait : « Oui, Monsieur, nous avons entendu les intentions qu’on a suggérées au Roi ; et vous qui ne sauriez être son organe auprès des États généraux, vous qui n’avez ici ni place ni voix, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour nous rappeler son discours. Cependant, pour éviter toute équivoque et tout délai, je vous déclare que si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes », si tant est qu’elle ait été fidèlement rapportée car la seule source est une lettre de Mirabeau dans laquelle il affirme en juin 1789 qu’un membre des États-généraux l’aurait prononcée.

[6« Nous ne réclamons pas un denier communautaire pour le Grande-Bretagne mais le remboursement d’une grande partie de notre argent ». Le penny est l’équivalent exact du denier. Le shilling est le sou.

Enregistrer l'article au format PDF

Clio-Lycée 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Lycée.

Hébergement Clio-Lycée par