Les espaces maritimes et les territoires de la mondialisation
Vous êtes ici : Terminale PROGRAMMES ACTUELS (2012) GÉOGRAPHIE (séries ES et L) : Mondialisation et dynamiques géographiques des territoires Les dynamiques de la mondialisation Les territoires dans la mondialisation

Troisième et dernier épisode de la séquence sur les dynamiques de la mondialisation (TS)

Les espaces maritimes et les territoires de la mondialisation

Troisième et dernier épisode

Stéphane Descombaz
lundi 4 septembre 2017

Ce cours constitue la dernière partie de la séquence sur la mondialisation en fonctionnement pour des classes de terminale scientifique. Il prend appui sur les acquis de la première leçon (Des cartes pour comprendre le monde , réactive les connaissances et les capacités des années précédentes. Afin de développer l’autonomie des élèves, amenés à rapidement entrer dans le supérieur, la pédagogie mise en œuvre est celle de la "classe inversée".

Première leçon : Des cartes pour comprendre le monde

Après un teasing, La mondialisation : acteurs, flux, débats,un premier épisode portant sur les acteurs, les flux et les débats générés par la mondialisation La mondialisation : acteurs, flux, débats, un second épisode portant sur l’inégale intégration des territoires dans la mondialisation L’inégale intégration des territoires dans la mondialisation), nous abordons ici le dernier volet de la séquence-série sur les dynamiques de la mondialisation.

Cette troisième et dernière séance est consacrée aux "espaces maritimes : territoires de la mondialisation".
Elle est accessible en cliquant sur le porte conteneur Vasco de Gama de la CMA-CGM, ci dessous.

Cette séance a vocation à montrer aux élèves comment des espaces peuvent devenir des territoires et ce que cela implique en termes de relations de pouvoirs, d’enjeux économiques, politiques et environnementaux.

Comme les deux séances précédentes (en lien ci-dessus), le manuel utilisé est le Hachette, TS, 2014. Les élèves ont pour mission de lire le contenu du cours présent dans le manuel et de l’intégrer au cours qui leur est proposé en téléchargement, pour approfondir leur leçon. Ils ont aussi accès à internet pour préciser ou développer certains exemples si ils souhaitent et avoir ainsi des copies qui se démarquent.

Le propos est volontairement plus concis que sur les deux séances précédentes, et le nombre d’exercices finaux moins élevé, car il s’agit aussi d’avancer sur le programme. De fait cette séance, envisagée sur le modèle de la "classe inversée" peut être traitée en une heure si besoin. Pour cela les élèves, téléchargent et lisent le cours chez eux, et l’heure en classe est consacrée à la correction des exercices (1 à 3, et aux questions pour la réalisation du 4), et à la confrontation des productions graphiques (et écrites pour les plus rapides) qui seront ensuite mutualisées sur l’ENT du lycée. Des exemples de productions graphiques réalisées par une élève sont également disponible (merci à Julia !)

Ce chapitre en terminale scientifique ne donne pas lieu à une évaluation au baccalauréat sous forme de carte. L’évaluation retenue ici sera donc celle de la composition. Celle-ci sera réalisée sous forme de devoir maison à l’issue de la fin de la séance. Cette composition ne reprend pas le plan du cours car elle a vocation à faire réfléchir les élèves en les forçant à réagencer, et à développer leurs connaissances. Ceci doit permettre de mesurer leur compréhension du cours. Cette évaluation est formative, et ne sont notés que les travaux les plus valorisants pour l’élève. Des exercices sont proposés à la fin du cours afin de faire réaliser aux élèves des productions graphiques (schémas) qui pourront être insérés dans la composition afin de la valoriser. Ceci a aussi l’avantage de permettre aux élèves moins doués avec la langue française de pouvoir exprimer spatialement leur pensée, et ainsi de montrer leur compréhension de certaines notions.

Ce troisième épisode propose, comme pour le premier, des exercices de niveau dont la complexité va croissante.

1) La réalisation d’un schéma d’une façade maritime : à recopier sur le manuel pour se l’approprier. L’élève peut ajouter à ce schéma le nom de l’espace concerné qu’il souhaite exposer dans sa composition.

2) La production d’un second schéma sur la ZIP de Nagoya. Ce schéma sera utilisé pour expliquer l’origine de certains flux maritimes.

3) Le passage du croquis au schéma simplifié, à l’échelle mondiale. Ce schéma, qui doit être réalisé lors de l’épreuve en 10-15 mn, reprend les principales routes et les points de passage stratégiques qui sont sur les mers et les océans.

4) Le dernier exercice propose aux élève le sujet de la composition de manière implicite : il s’agit de montrer que l’on peut créer une composition sans avoir à apprendre par coeur le cours.
Pour cela :
- la problématique est donnée dans la consigne
- les différentes parties du plan sont données également
- chaque partie doit être développée afin de montrer aux correcteurs sa compréhension des principales notions.

Bilan et évaluation  : cette séance comporte une évaluation formative obligatoire (exercice 4). L’évaluation sommative arrive en fin de séquence avec un exercice de type baccalauréat (croquis ou composition complète), une semaine après la fin de cette séquence de un mois.

Par Stéphane Descombaz

Enregistrer l'article au format PDF

Clio-Lycée 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Lycée.

Hébergement Clio-Lycée par