Partie néerlandaise de Saint-Martin / Sint-Marteen (1848)
Vous êtes ici : Seconde Histoire Révolutions, libertés, nations à l’aube de l’époque contemporaine Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du XIXe siècle Traite négrière, esclavage et abolitions Abolitionnisme et émancipation hors des colonies françaises

Partie néerlandaise de Saint-Martin / Sint-Marteen (1848)

Dominique Chathuant
jeudi 5 avril 2012

Dans son mémoire, Gatine (1805-1864), commissaire général du gouvernement français (Seconde République), raconte comment l’abolition française entraîne l’abolition néerlandaise à Saint-Martin. Comme Lamartine ou Jules César, il s’exprime à la troisième personne.


A Saint-Martin, l’évasion générale des esclaves hollandais sur la partie française parut imminente, et le commissaire général dut adresser au gouverneur pour la Hollande cette dépêche :

« Monsieur le gouverneur,

La France vient d’accomplir un grand acte de réparation envers nos frères noirs. Par décret du 27 avril dernier, l’esclavage est aboli dans toutes les colonies françaises. Je dois vous signaler spécialement les conséquences de cet acte législatif, à raison du partage de souveraineté qui existe dans l’île Saint-Martin.

Les anciens esclaves de la partie française ont immédiatement recouvré leurs droits d’hommes libres et de citoyens. Ils sont assurés, la République n’en doute pas, d’être traités comme tels, sur les terres de la Hollande, comme en tout pays étranger.

En outre, l’art. 7 du décret porte : « Le principe que le sol de la France affranchit l’esclave qui le touche est appliqué aux colonies et possessions de la République. »

Cette disposition intéresse particulièrement les colons hollandais de Saint-Martin. Elle aura pour effet de rendre libres tous esclaves qui de votre territoire passeront sur le nôtre, tous ceux aussi qui, placés à bord des navires caboteurs ou autres, débarqueraient dans nos ports ou sur nos côtes.

La République ne veut pas faire le sacrifice de sa loyauté et de ses bons rapports avec une puissance amie, même au profit de la sainte cause qui triomphe désormais dans les colonies françaises ; mais elle ne doit pas fléchir dans l’application de son principe. Elle ne pourra donc consentir à aucune revendication d’esclaves fugitifs ou marrons se trouvant dans les parties de l’île de Saint-Martin qui appartiennent à la France, ni permettre contre eux l’emploi d’aucune contrainte pour les faire rentrer en servitude.

Puisse, au reste, l’exemple de la France et de l’Angleterre porter ses fruits. Puisse l’île Saint-Martin tout entière n’avoir bientôt pour habitants que des hommes libres et frères. Ce vœu, votre généreuse nation est digne de l’entendre et de l’accomplir.

Salut et fraternité.

Le Commissaire général de la République française à la Guadeloupe et dépendances,
AD. GATINE .

Adolphe Ambroise Gatine, Abolition de l’esclavage à la Guadeloupe, Quatre mois de gouvernement dans cette colonie, reproduction de l’édition de 1849 augmentée de notes et commentaires de Jacques Adélaïde-Merlande, Société d’histoire de la Guadeloupe, Basse-Terre, 1999.


  1. Quelle est la conséquence de l’abolition française sur la colonie néerlandaise ?
  2. Quelle abolition a précédé l’abolition française de 1848 ?

Commande et renseignements : Société d’Histoire de la Guadeloupe, Archives Départementales, BP 74, 97102 BASSE-TERRE CEDEX, (Guadeloupe, FWI)

.

Par Dominique Chathuant

Clio-Lycée 2018

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Lycée.

Hébergement Clio-Lycée par