Le 10 mai, une « Journée des mémoires de la traite négrière » ?
Vous êtes ici : Seconde Histoire Révolutions, libertés, nations à l’aube de l’époque contemporaine Libertés et nations en France et en Europe dans la première moitié du XIXe siècle Traite négrière, esclavage et abolitions Mémoire de l’esclavage et société

Le 10 mai, une « Journée des mémoires de la traite négrière » ?

Dominique Chathuant
jeudi 12 mai 2005

Le 10 mai, une « Journée des mémoires de la traite négrière » ?
C’est la date que le comité pour la mémoire de l’esclavage propose à Jean-Pierre Raffarin.

Le Comité pour la mémoire de l’esclavage a proposé le 10 mai comme date de commémoration annuelle en métropole de l’abolition de l’esclavage, dans un rapport remis mardi au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Cette commémoration serait dénommée « Journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ».

Le comité, présidé par l’écrivain guadeloupéen Maryse Condé, préconise la mise en œuvre de cette proposition dès cette année, soit le 10 mai 2005. Toutefois, à l’issue de sa rencontre avec le Premier ministre, elle a indiqué que Jean-Pierre Raffarin prendrait sa décision en juin, après un comité interministériel sur ce sujet. Soulignant en préambule du rapport qu’il « existe une forte attente, au-delà de tous les clivages, pour un acte symbolique fort et pour des actions concrètes » de l’État, le comité propose également « d’améliorer la connaissance de l’histoire de la traite négrière et de l’esclavage dans les écoles » et de « favoriser la recherche ». A cette fin, il recommande la création d’un « Centre national d’histoire et de mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ».

La création du comité découle de la loi du 21 mai 2001 qui a reconnu la traite négrière et l’esclavage comme crimes contre l’Humanité. Le rapport souligne à cet égard « que la très grande majorité de nos concitoyens du monde issu de l’esclavage sont convaincus que, malgré la loi du 21 mai 2001, l’histoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions continue d’être largement ignorée, négligée, marginalisée ». « Ces concitoyens perçoivent cet état de fait comme un déni de leur propre existence et de leur intégration dans la République », souligne-t-il.


AFP-Libération, mardi 12 avril 2005

Par Dominique Chathuant

Clio-Lycée 2018

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Lycée.

Hébergement Clio-Lycée par